Fret

Terminaux

Situé dans un environnement industriel et technologique, le port de la Seyne / Brégaillon est directement relié au fer (en bord à quai). La bretelle d’accès à l’autoroute A50 (sortie 15 en venant de Marseille et 15b en venant de Nice) est à 3 km en double voie de Toulon La Seyne-Brégaillon.

Une zone industrialo-portuaire

A l’ouest de Toulon, le site de La Seyne Brégaillon essentiellement orienté vers le fret roulier, intègre un port avec deux terminaux et une zone industrielle. Cette zone industrielle de 20 ha est réservée à l’implantation d’entreprises en lien avec les activités maritimes : chantiers navals, transport, levage, manutention, génie océanique (FIRST), recherche (IFREMER), câblage sous-marin (France Télécom)…

Les accès sont en permanence totalement sécurisés.

La Seyne Brégaillon dispose d’atouts spécifiques : position sur l’axe Italie-France-Espagne, site bien protégé, accessible par tous les temps et relié aux réseaux routiers et ferroviaires européens, contexte social fiable. Autant d’atouts qui doivent permettre le développement du trafic Ro-Ro depuis Toulon vers l’ensemble du bassin méditerranéen oriental.

Le terminal Nord

Le terminal Nord a été entièrement reconfiguré en 2004. Ses infrastructures de terre-pleins permettent de développer le concept « autoroute de la mer », alternative au cent pour cent route.

Une première expérience développée en 2005 par Grimaldi et Louis Dreyfus accueillait un trafic mixte d’ensembles routiers, voitures neuves et passagers. La crise économique qui a profondément impacté le secteur automobile début 2009 a amené GLD à suspendre la ligne Toulon/Rome en février 2009. Depuis 2011, Brégaillon est devenu le Base-Port de la ligne RoRo à destination de la Turquie.

Le terminal Sud

Le terminal Sud est dédié aux trafics spéciaux et dispose d’un hectare de terre plein en bord de quai. Il est possible de fermer son accès pour effectuer des opérations commerciales en toute sécurité et confidentialité.

2013 a vu l’implantation des CNIM sur le quai le plus sud. A compter de 2014, cette société opérera la manutention des colis lourds à destination du projet ITER. Le 1er embarquement a eu lieu le 18 août 2014.